Thomas Steiger (VP Bank): Optimiser l'expertise globale d

'une base luxembourgeoise

D’après Thomas Steiger, PDG de VP Bank (Luxembourg) SA, tant le groupe basé au Liechtenstein que la juridiction du Luxembourg jouent un rôle de catalyseur dans l’évolution de l'industrie de la gestion d'actifs, par exemple avec un rôle croissant pour les Family-Offices.

Quels changements importants observez-vous dans le secteur des affaires ?

Le Luxembourg et le groupe VP Bank participent activement à l'émergence d'un nouvel écosystème pour des clients tels que les gérants de fonds, les Family-Offices et les gérants externes avec des opportunités d'investissement entre 5 et 20 millions d’euros. VP Bank (Luxembourg) SA a la taille parfaite pour jouer un rôle majeur sur ce type de marché - un client m'a récemment dit que les grandes banques refusaient de lui parler - et nous pouvons tirer parti de notre réseau international d'expertise et de ressources pour servir ce genre clients. Il n'y a pas si longtemps le secret bancaire était le facteur clé ici, mais plus maintenant. Aujourd'hui, un investisseur français pourrait prendre le train de Paris à Luxembourg et nous organiserions un déjeuner avec un Family-Office scandinave sur une terrasse ensoleillée près de la place Guillaume. Ces professionnels sont à la recherche d'idées d'investissement, de talents non détectés et de prestataires de qualité comme nous, qui pouvons répondre à leurs exigences élevées. Je suis convaincu que ce marché a un énorme potentiel.

"Nous nous adaptons rapidement à la nouvelle dynamique"

Quelles sont les priorités de vos clients finaux ?

L'un des principaux problèmes actuels est la faiblesse des taux d'intérêt. Les clients veulent savoir s’il y a d’autres solutions d’investissement. C’est la raison pour laquelle il y a une forte dimension éducative dans le service que nous proposons. Par exemple, nous prenons le temps d'expliquer en quoi consiste le private equity : quels sont les risques impliqués, comment cela impacte la liquidité de leurs actifs. Lorsque les clients comprennent comment ces catégories d'actifs non traditionnelles fonctionnent, elles paraissent moins risquées. Avec une planification appropriée des liquidités vous pouvez générer des revenus réguliers, comme avec un appartement. Très souvent, les investisseurs institutionnels ouvrent la voie et les plus petits investisseurs suivent. À l'heure actuelle, les Family-Offices internationaux investissent plus de 20% de leurs portefeuilles dans le private equity, contre une moyenne de moins de 1% pour les clients privés.

En quoi VP Bank est-elle différente de ses concurrents ?

Nous pouvons nous adapter rapidement à la nouvelle dynamique de l'investissement. Aujourd'hui, les clients nous choisissent pour diverses raisons, à commencer par notre « ADN entrepreneurial », qui garantit des prises de décisions rapides. De plus, ils peuvent tirer parti de notre empreinte globale dans les trois principaux segments du groupe : la banque privée, les intermédiaires et l'activité de fonds. Ils bénéficient de nos spécialisations au niveau du groupe. Nous avons, par exemple, un centre européen d'expertise pour Hong Kong au Luxembourg qui dessert certains de nos clients en cantonais ou en mandarin. Le Luxembourg étant à la fois la plaque tournante de l'UE et un centre clé pour les fonds et le private equity, nous devenons un partenaire privilégié pour les clients dont l'actif se situe entre 5 et 500 millions d'euros. Ils s’adressent à nous pour le conseil, la planification et la gestion de leurs actifs, en sachant que nous avons la capacité de pouvoir orchestrer les stratégies globales les plus complexes à partir d'ici. Aujourd'hui, le Luxembourg compte plus de 100 bureaux multi Family-Offices, je ne suis donc pas inquiet pour l'avenir.

www.myofficialstory.com/thomassteiger

www.vpbank.lu

.

  

© 360Crossmedia

Screen Shot 2019-11-06 at 12.45.35.png